MOINDZA ZA MBOINI
  MOINDZA ZA MBOINI 

Sultanats des Comores 

 

MAYOTTE

Cabinet  du gouverneur

RÉPUDUQUB FRANÇAISE Liberté: — Egalité — Fraternité

 

Nous, Gouverneur de Mayotte, Représentant du Protectorat français aux Comores, Considérant qu'il résulte de l'enquête à laquelle il a été procédé, à la suite de la tentative d'assassinat sur la personne de M, Humblot, résident de France à la Grande-Comores, que le Sultan Saïd-Ali n'est point étranger à ce crime, qu'à plusieurs reprises, depuis un , il a excité ceux de ses sujets sur lesquels il croyait pouvoir compter, à se débarrasser du représentant actuel de la France; qu'il a procuré un asile au nommé Tamou ben-Ali,  accusé d'avoir participé à la tentative de meurtre contre le Résident, et condamné antérieurement pour assassinat ; que c'est, en effet, sur un ordre formel du sultan que le grand-prêtre Maffoumou Mavandrouga  a reçu Tamou dans  sa maison après l'évasion de ce dernier de la prison de Nioumbadjou;

 

 Considérant que les actes antérieurs du Sultan. Saïd Ali dénotent chez ce prince autant de cruauté que de fourberie, et lui ont aliéné j'estime de la population de la Grande-Comores;

Vu les protestations qui nous ont été adressées par tous les cadis et la grande majorité des chefs de l'île contre le retour du Sultan de la Grande-Comores ;

Vu les demandes formulées à l'unanimité dans les kabarrys tenus à Nioumbadjou l es 17 septembre et 19 novembre 1893, sous notre présidence. Avons ordonné et ordonnons

 

Art. 1er, -- Saïd-Ali ben Sultan Saïd-Omar est déchu de tous les droits, autorité et prérogatives qu’il exerçait précédemment en qualité de Sultan de la grande  Comores;

 Art. 2. — Jusqu'à ce que le Gouvernement de la République ait fait connaitre  ses intentions sur les demandes formulées par les cadis, les chefs et la majorité de la population, les pouvoirs dévolus au Sultan, concurremment avec le Résident seront exercés à la Grande-Comores par le Résident de France, Il n'est rien changé à l'organisation administrative et judiciaire, qui continuera à relever des cadis et des chefs de village, placés sous 

les ordres dit, Résident.

 Art. 3. — Le Présent ordre sera enregistré et communiqué partout  besoin sera.

Dzaoudzi  le 20 novembre 1893. Signé : LACASCADE

 

. Pour copie conforme î Le Chef du Secrétariat du Gouvernement, Signé Evenor DELPIT  Pour copie conforme : Le Secrétaire de ta Résidence de la Grande-Comores', Signé ; CH. LEGROS,

 

 

 

 

 

 

ADMINISTRATION de 1892

 

 

Depuis la déchéance du sultan Saïd-Ali, le gouvernement  français s'occupe directement des affaires de l'île. Le traité du 6janvier 1892 avait réorganisé la Grande-Comores. Les cinq sultanats étaient abolis et remplacés par 12 provinces, Aujourd'hui encore, cette classe est respectée, Les douze provinces sont :

 Bambào,

 Hambou

 Badgini,

 Domba,

 Dimani

 Oichili,

 Hamahamet

 M'Boiinkou

 Mitsamiouli

 M'Boudé

 Hamahamet

 ïtsandra.

Chaque province a son chef-lieu et comprend plusieurs villages. Les provinces les plus importantes comme étendue sont:

Badgini, chef-lieu Fumbonni..' 37villages,

ïtsandra, chef-lieu ïtsandraM'GNi 24

Mitsamiouli,chef-lieuMitsamiouli M'Gini23

Bambao, chef-lieu M'Roni.15

Les douze provinces sont gouvernées par 8 cadis, secondés par des chefs de village qui se trouvent à la tête de chacun de ceux-ci, Il y a 141chefsde village, qui, avec les 8 cadis, constituent l'administration indigène de l'île 37

 

Le cadi rend la justice, remplit les fonctions d'officier de l'état civil et de notaire, Le chef de village perçoit l'impôt et fait la police de sa région. Il est aidé d'agents spéciaux qui constituent la garde indigène. Le chef de village est élu par les habitants de ce village, Le cadi de chaque province est élu par les chefs des villages intéressés. L'administration française est représentée par un administrateur, un médecin des colonies, un trésorier, un commissaire de police, un instituteur, un douanier et un commis-secrétaire. Des interprètes officiels sont attachés aux bureaux de la résidence.

 

MOINDZAZA MBOINI

Actualités

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable | Plan du site
Histoire de Moindzaza et Iconi