MOINDZA ZA MBOINI
  MOINDZA ZA MBOINI 

Les dates historique des Comores 

 

 

 

QUELQUES DATES REPERES DE L'HISTOIRE DES COMORES.

 

 

Xème siècle.Selon la tradition, Mohamed ben Othman aurait introduit la circoncision et l'Islam.

 

XIIème siècle. Les géographes arabes (comme Edrisi) mentionnent une " région de Qumr " et un " canal de Qumr ", proches des sources du Nil. On peut supposer que ces termes désignaient la zone du canal de Mozambique. Ils ont fini par s'appliquer spécifiquement à l'archipel des Comores.

 

XVIème siècle. Des Portugais s'installent à la Grande Comore dans les toutes premières années du siècle.

1506.Arrivée d'une flotte, conduisant des " Chiraziens " (qui sont peut-être tout simplement originaires de Kilwa), sous l'autorité de Mohamed ben Haïssa.

 

Fin XVIème-XVIIème siècles. Les marins comoriens commercent dans l'océan Indien, entre l'Afrique et Madagascar, et jusqu'à la Mer Rouge. Les pirates européens commencent à relâcher dans l'archipel. Les Comores, et particulièrement Anjouan, très accueillante, deviennent une escale très fréquentée.

 

XVIIIème siècle. Dans la seconde moitié du siècle, des flottes malgaches (composées surtout de Betsimisaraka et pouvant compter jusqu'à 18 000 hommes) viennent ravager les côtes comoriennes.

 

1780. destruction de la ville de Domoni (à Anjouan) par les pirates malgaches

1805. Iconi (à la Grande Comore) est prise en 1805. La ville d'Iconi tombe entre les mains des pirates malgaches après des combats légendaires qui durèrent plusieurs jours. Ces razzias, très dommageables, incitent les sultans à rechercher la protection des puissances européennes.

 

1816. Le sultan Abdallah Ier qui a construit la forteresse de Mutsamudu (Anjouan), pour se défendre contre les incursions malgaches, se rend à Bourbon pour solliciter la protection de Louis XVIII.

 

1828. Ramanateka, un Hova, vient, après la mort de Radama Ier se réfugier à Anjouan, avec une centaine de compagnons. Le sultan lui permet de s'installer à Mohéli. Ramanateka y prend le pouvoir et, converti à l'Islam, en devient le sultan, sous le nom d'Abderahmane.

 

1831. Mogne M'kou se déclare vassal du roi de Portugal.

 

1841. Un traité signé par Andriantsuli, qui cède la propriété de l'île de Mayotte à la France.

 

1843. Le commandant Passot prend possession de Mayotte.

 

1846. Abolition de l'esclavage à Mayotte

 

1848. Un consul anglais s'installe dans l'île d'Anjouan et cherche à y faire prévaloir

l'influence britannique. Mais quand la Grande Bretagne tentera d'obtenir, en 1882, l'abolition de l'esclavage dans l'île, le sultan se tournera vers la France, dont il sollicite l'intervention.

 

1850/1852. Guerre dite de Mbadjini.

 

1864. Guerre de M'dé ( Bambao).

 

Décembre 1864. Intervention des marins français à Iconi.

 

1865. Le traitant Lambert, venant de Madagascar, où il avait été fait " duc d'Imerina " par le roi Radama II, obtient de la reine de Mohéli une concession exorbitante, " pour mettre l'île en valeur ".Soutenu par la marine française, il y séjourne jusqu'à sa mort, en 1878. L'île connaît alors une période d'anarchie, attisée par les manoeuvres concurrentes de la France et de l'Angleterre.

 

1867 ou 1868. M'safoumou se proclame sultan tibé.

 

1874. Guerre de Manda.

 

Août 1875. Mort du Sultan Ahmed dit Mogne M'kou, sultan d'Itsandra.

1879. Said Ali rend visite au sultan M'safumu. Said Ali en Badjini.

 

Avril - août 1880. Reconquête de l'Île de la Grande Comore par Said Ali qui se proclame sultan tibé.

 

1881. Guerre de Mihambani.

 

Janvier 1882-janvier 1883. Seconde guerre qui oppose Said Ali à M'safoumou.

Février 1883. Mort de M'safumu, sultan d'Itsandra

 

1883.Léon Humblot, envoyé par le Muséum d'Histoire Naturelle de Paris pour étudier la flore et la faune des îles de l'océan Indien.

 

5 Septembre 1884. Arrivée de Léon Humblot à Moroni, recommandé par Ferriez à Said Ali, il herborise jusque dans le Mbadjini.

 

Le 5 novembre 1885. Signature du traité commercial entre Le sultan said Ali et Léon Humblot.

 

6 janvier 1886. Signature du traité de protectorat de la Grande Comore.

 

Juin - juillet 1886. Séjour de Karl Wilhem Schmidt aux Comores.

 

1886. Guerre de Mnadzwanyongo.

 

1886. Le gouvernement français impose à Anjouan, Mohéli et la Grande Comore des traités de protectorat, reconnaissant son droit de regard sur les affaires comoriennes.

Janvier 1887. Première démonstration militaire française en Badjini ( Grande Comore), Foubouni est prise.

 

17 mai 1887. Constitution de la Société Française de la Grande Comore.

 

1888. Famine dite Mongwanane.

 

4 février 1888. Le résident Weber est relevé de ses fonctions.

 

Février - Juin 1889. Deuxième Affaire ( guerre) de Mbadjini.

 

1889. Guerre de Zilimdjou.

 

1889. Assassinat de Bouvier.

 

1889. Léon Humblot se fait nommer " résident " à la Grande Comore. Il met en place une compagnie coloniale, qui progressivement se ramifie dans toutes les îles de l'archipel. Le système Humblot, favorisé par l'exiguïté du territoire et la passivité complice de l'administration, réalise la perfection et la caricature de la colonisation.

 

20 Juin 1889. Mort de Hachimou, sultan de Mbadjini. Mort de M'faoumé M'madjouani, sultan de Oichili.

 

1890. Troubles en Grande Comore. Said Ali est déposé par ses ministres rebelles.

 

Février 1891. Said Ali s'enfuit vers Mohéli, puis vers Mayotte.

 

19 novembre 1891. Restauration du sultan Said Ali au trône.

 

1892. Les gouvernements locaux sont supprimés, l'annexion d'Anjouan, Mohéli et de la Grande Comore devient une réalité, juridiquement entérinée en 1904.

 

2 août 1893. Agression contre Léon Humblot.

 

18 septembre 1893. Le gouverneur Lascade dépose Said Ali.

 

20 novembre 1893. Déchéance du sultan Said Ali.

 

1er août 1899. Assassinat du commissaire de police, Bouvier.

 

29 février 1904. Abolition de l'esclavage en Grande Comore.

 

1904. Mort de Said Mohamed El Ma'arouf.

 

1908. Mayotte et ses dépendances (c'est-à-dire les trois autres îles) sont rattachées par décret à la colonie de Madagascar.

 

1910. Arrivée de France du sultan Said Ali.

 

1912. La loi du 25 juillet confirme cette annexion. La colonie comorienne devient dépendance de Madagascar. Comme Tananarive est loin est que les budgets sont réduits, les Comores vont désormais vivoter, en accumulant les retards économiques et sociaux.

 

1914. Mort de Léon Humblot.

 

Juillet 1915. Rébellion de M'budé, Dimani, Iconi. 3 morts.

 

1915. Mort du sultan Said Ali à Tamatave ( Madagascar).

 

1946. les Comores intègrent l'Union Française, avec le statut de " territoire français d'outre-mer ", qui consacre leur séparation d'avec Madagascar. Elles bénéficient désormais d'un statut évolutif, comportant un Conseil général, doté peu à peu de pouvoirs délibératifs sur des sujets non politiques. Said Mohamed Cheik est élu député à l'Assemblée nationale à Paris en 1945/46.

 

1956. La Loi-cadre " Defferre " introduit une plus large autonomie en unifiant le collège électoral et en organisant un Conseil de Gouvernement. Celui-ci est installé à Dzaoudzi (Mayotte), traditionnel lieu de résidence de l'autorité de tutelle, mais l'Assemblée siège à Moroni (Grande Comore).

 

1958. Les Comoriens se prononcent au référendum du 28 septembre pour le maintien de l'archipel au sein de la République française.

 

1961. La loi du 22 décembre organise l'autonomie interne des Comores, dont l'Assemblée nationale a désormais juridiction sur tous problèmes, hormis les Affaires étrangères, la Défense et la Justice.

 

1964. Révolution de Zanzibar, rapatriement des Comoriens.

1966. Le gouvernement de Saïd Mohamed Cheikh décide de transférer à Moroni la capitale du Territoire.

 

1968. Evénements du lycée de Moroni, soulèvement des élèves.

 

1970. Mort du président Said Mohamed Cheikh.

 

1973. Grève du lycée, incendie de la chambre des députés.

 

1973. Ahmed Abdallah est porté à la présidence du Conseil de gouvernement avec le mandat d'obtenir l'indépendance de l'archipel.

 

1974. L'accord du 14 novembre 1974 prévoit l'organisation d'un référendum, qui a lieu le 22 décembre et qui connaît une forte participation électorale. 95 % des votants se prononcent pour l'indépendance..., sauf à Mayotte où 65 % d'entre eux préfèrent le maintien dans la République française. La situation est délicate, et les autorités françaises temporisent.

 

1975. Mort du prince Said Ibrahim.

 

1975. Le 6 juillet, le président Ahmed Abdallah proclame unilatéralement l'indépendance, ce qui entraîne la sécession de fait de Mayotte.

 

Le 3 août 1975. Un coup d'État porte au pouvoir Ali Soilih.

 

1976. Mort du Mufti Said Omar bin Sumet.

 

1976. Massacre de Majunga.

 

1977. Rapatriement à Moroni, des rescapés comoriens de Majunga.

 

Les 12/13 mai 1978. Des mercenaires, sous le commandement de Bob Denard, débarquent

 

secrètement, arrêtent Ali Soilih, l'abattent au cours d'une tentative de fuite. Une junte rappelle l'ancien président destitué, Ahmed Abdallah.

 

1978. Déclaration de la République Fédérale Islamique des Comores.

 

Le 26 novembre1989. le président Ahmed Abdallah est assassiné à l'intérieur du palais présidentiel.

 

 

MOINDZAZA MBOINI

Actualités

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable | Plan du site
Histoire de Moindzaza et Iconi