MOINDZA ZA MBOINI
  MOINDZA ZA MBOINI 

Histoire Des comores iconi  

Moindzé ouma Adili 

 

 

.

Héritage

 

 

 

 Le manyahuli est né quand le village a groupé plusieurs matrilignages, c’est la propriété de chaque matrilignage ; Elle est indivise et aliénable à certaines conditions.

Elle est transmise par les femmes aux enfants de deux sexes ; à la génération suivante, les enfants des garçons sont exclus du manyahuli ( Foyer ).

Vers 1810-40 c’est la naissance de Moindzé Uma Adili Wa fumu Wa Bady, à Iconi. Il faisait partie des hommes politique de Bambao appéllait aussi mwigni bambao . Il était un opposant farouche de léon Humblot(Mchamboulou) et soutenait le camp des  Africains de l'Est Zanzibare et portugais.  Dès l’arrivée  des Français aux Comores, les choses commencent à être compliquées. Refusant de céder les terres à Humblot, après l’intronisation du sultant  Said Ali!  il s'est vu réfugié  à Moindzaza sous la protection de son neveu Boina Haziri . C’est les héritiers de Mkoroboini palais princier d’Ikoni et de Forteraza .( Fortoresse)

C'etait une personnage ouvert à tout ce qui touche sa famille. Il était un homme charitable, toujours prêt à aider ceux qui avaient besoin d'aide. Il suivait l'actualité de près et c'était un grand croyant. Il lisait souvent le Coran et récitait son chapelet,  il était respecté dans la région.

 

De plus c''était un bon croyant, Comme disait l'histoire, le jour de la naissance de son fils les gens disaient Moindzé ha Zaya hamoini  devenu au fil du temps. Moindzaza mboini 

Moindzeuma était oncle Boina Haziri. Malmené par l’invasion française dans l’archipel, il a quitté Iconi pour se réfugier à Moindzaza. Après avoir conclu un accord avec le jeune roi Said Ali, il a quitté le monde politique et de conquête en lui disant WE DJA SIBIRI WE NA NGNONGO SHA WE DALAYO. Il parlait  de la fin des guerres des régions.

 

 

Moindzé Ouma Adili L’anticolonialiste.  

 

Appelait couramment à l’époque Mwigni Bambao. Son attitude politique et philosophique, ainsi que son répertoire d'actions était la remise en cause des principes, du système colonial. Il était un Waziri wa Bambao il est issu de la lignée Fe Dezi. 

 

Fe Dezi classé première dans la hiérarchie de la cité d’iconi c’est la branche cadette de la lignée Matswa piroussa devenue autonome elle place ses hommes en Mawaziri auprès du roi. ( livre maison des femmes cités des hommes de Sophie Blachy). Il a quitté le monde politique  en 1864 après l’intervention des marins français à iconi. Il s’est réfugié a foumbouni, puis dans son domaine privé à côté d’iconi, la cité de Moindzaza qui porte son nom Moindzé ha Zaya. 

 

C’est  en brisant l’interdiction de lui rendre visite par les dignitaires de l’époque, que  les délégations de Ntsoudjini et de Moroni disaient Badi Moindze ha Zaya Hamboini  devenu au fil du temps Moindza za mboini. ( Récit rapporter par Boina Haziri, transmis par Boina Msa, raconté par Adili, Toihir imam, Amana)

 

Depuis l’arrivée du sultan Saïd Ali, c’est le début du grand  peuplement du village,  Moindzéuma Adili faisait de sa générosité une arme. Beaucoup des famille d’Iconi , Koimbani et de Salimani venaient habiter à Moindzaza.  Des alliances suite au mariage se sont créés avec les autres villages limitrophes.

Moindzeuma Adili avait des enfants dans toutes la grande ville, Il s'est marié avec des femmes issues de lignées différentes. Moindzé uma ADILI  était un AZIRI   généreux de sa génération on l’appelait à l’époque Mwigni Bambao .

En effet il etait  un opposant farouche des sociétés coloniale, pour lui les terrains cultivables appartient aux peuples comorien . Il a distribué gratuitement des terrains à Moindzaza MBOINI pour peupler le village,

 Issue d'une grande famille noble d' Ikoni de la lignée FE  DEZI d'origine de Washili, c'est un homme de paix connu par les grandes  familles noble de l'époque. Moindzé uma  ADILI a eu plus d'une dizaine de Femme.  Il a fini ces jours à Moindzaza Mboini, il a été enterré à Kourani Dzindani, comme  comme ses vœux  l'avait  souhaité,

 

En resumé  il etait  de grande taille , une barbe très fine, une peau  peu claire, une voix grave, d’une tonalité moins grave , il était très souriant et élégant. D'une bonne corpulence, il faisait 1 mètre 90  pour 90 kilos. Ce qui était l'idéal de l’époque. Habillé souvent d’un large boubou de couleur blanche et des fois colorés. Au tour de la tête, un turban vert orné et une écharpe blanche qui couvrait le cou. Ses souliers étaient fabriqués à la demande à cause de ses énormes pieds.

 

 

MOINDZAZA MBOINI

Actualités

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable | Plan du site
Histoire de Moindzaza et Iconi